Peurs & Phobies avec l'hypnose

Phobies, peurs ? Comment ça fonctionne ?

La phobie est la manifestation d’une peur intense et d’une angoisse insurmontable de la part d’une personne présentant un trouble  phobique. Cette peur panique peut se focaliser sur une chose, un objet ou une situation particulière et même un lieu. 

Les personnes qui souffrent de phobie peuvent cumuler plusieurs phobies ainsi que des peurs multiples. Il s’agit alors de phobies complexes. Certaines phobies peuvent être invalidantes car la personne souffrant de phobie va chercher à éviter l’objet de sa ou de ses phobies et ces comportement répétés peuvent également être un frein à sa vie professionnelle et/ou sociale. 

L’hypnose permettra d’exposer progressivement la personne souffrant de peurs ou de phobies grâce à son imaginaire, ce qui rend l’expérience beaucoup plus confortable que si elle était affrontée « en vrai ». En apprenant à gérer ses émotions et ses sensations physiques ressenties, le phobique augmentera sa capacité à faire face et pourra prendre part d’une manière plus aisée à l’objet de sa crainte car devenue plus surmontable pour lui.

Découvrez comment l’hypnose fonctionne

Les phobies et les peurs traitées avec l'hypnose

Vous trouverez ci-dessous les phobies les plus fréquentes rencontrées au cabinet. Cependant, il existe un si grand nombre de peurs et de phobies que toute les lister serait  presque impossible. Alors, si vous ne trouviez pas votre phobie dans la liste ci-dessous, n’hésitez pas à prendre contact avec votre hypnothérapeute.

Peur des hauteurs, acrophobie | Sébastien Mertes hypnose à Metz en Moselle

Acrophobie = peur des hauteurs / vertige

Le vertige est une forme fréquente d’anxiété. Si vous avez le vertige, vous éprouvez une sensation oppressante et désagréable lorsque vous vous trouvez sur une hauteur. Il est normal que vous soyez anxieux lorsque vous vous trouvez sur une hauteur. Le vertige n’a pas seulement pour effet que l’on n’escaladerait pas une montagne il a aussi pour conséquence que l’on s’impose des mesures de sécurité de manière à ne pas pouvoir tomber d’une hauteur dont la chute serait mortelle. Le vertige est inné en chacun de nous. Il remonte aussi loin que l’homme existe. Le vertige est donc un mécanisme naturel de survie.

Le vertige peut cependant se muer en phobie : c’est l’acrophobie. C’est l’une des phobies les plus communes et courantes qui touche deux fois plus les femmes que les hommes. Si vous êtes acrophobe vous ressentez une peur panique totalement incontrôlable et un besoin irrépressible de descendre lorsque vous êtes exposé à des hauteurs. La simple idée de devoir vous rendre au 10ème étage d’un bâtiment, de franchir un précipice ou de vous promener en haut d’une montagne peut vous déclencher une crise d’angoisse.

Enfin, il faut savoir qu’il y a presque autant de façon de ressentir la peur du vide que d’acrophobes. Il est donc important d’identifier précisément les situations et les moments particuliers qui déclenchent votre angoisse. Il est tout à fait possible qu’une personne puisse se rendre en haut d’un immeuble mais qu’elle soit, en revanche, incapable de grimper sur un escabeau à quelques centimètres du sol. Cela dépend de la représentation de chacun…

Agoraphobie | Sébastien Mertes hypnose à Metz en Moselle

Agoraphobie = peur des espaces publics, lieux ouverts

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’accrophobie n’est pas la “peur de la foule”, il s’agit dans ce cas de l’Ochlophobie. L’agoraphobie désigne avant tout la peur des lieux d’où il serait difficile ou gênant de s’échapper ou d’être secouru. Cette phobie est fondée sur la peur de ne pouvoir trouver aide et sécurité dans l’endroit s’il arrivait quelque chose et non sur le lieu en tant que tel. En résumé, ce trouble correspond à la peur d’éprouver de l’anxiété, ou une panique, dans une situation donnée pour laquelle fuir ou appeler à l’aide peut être difficile (par exemple prendre les transports en commun, être au milieu d’une foule, dans un magasin ou dans une file d’attente…)

L’agoraphobie est la peur d’éprouver de l’anxiété, de ressentir les symptômes physiques d’une crise de panique. Autrement dit, elle peut se définir comme “la peur d’avoir peur”. Contrairement à ce que l’on pense, elle peut aussi bien surgir dans des lieux où les individus se déplacent en masse que dans les vastes endroits déserts et des lieux clos peu fréquentés.

Souffle coupé, palpitations, transpiration, nausée, sensation d’étranglement, crainte du vertige ou de la diarrhée soudaine. Mais cela se complique quand la panique naît de la peur de ressentir ces symptômes, par anticipation. Cette “peur de la peur” est la définition donnée à l’agoraphobie en 1871 par Carl Westphal, neurologue et psychiatre allemand.

Pour info, En Europe 3% de la population souffrent de trouble panique et 1,7% d’adultes souffrent de l’agoraphobie. Cette phobie débute le plus souvent chez le jeune adulte entre 20 et 30 ans.

Arachnophobie = peur des araignées

De la petite peur à la grande phobie, l’arachnophobie est l’une des phobies les plus répandues au monde et certaines statistiques démontrent ce symptôme chez 50 % des femmes et 10 % des hommes. Il peut s’agir d’une forme exagérée et instinctive qui aidait autrefois les humains à survivre en milieu hostile… Si l’arachnophobie semble plus légère, presque normale, elle est aussi nettement moins prise au sérieux. Combien d’arachnophobes s’entendent dire « ce n’est pas la petite bête qui va manger la grande » en réponse à leurs angoisses.

Pourtant il s’agit bien d’une phobie invalidante, génératrice d’une peur excessive et incontrôlable. Le simple fait de voir une araignée génère de l’anxiété, qui altère la respiration, qui dérègle à son tour le système neuro-végétatif. Avec comme conséquences possibles de la tachycardie, des vertiges, des maux de ventre, des crises de panique, voire des vomissements ou des évanouissements. Autant de symptômes sur lesquels la personne n’a aucune maîtrise. Mais l’arachnophobie ne se manifeste pas seulement en cas de confrontation avec la petite bête. Et peut se révéler une source quasi-permanente d’anxiété, notamment à l’arrivé des périodes de printemps/été ou les araignées peuvent rentrer dans les maisons ou lors de sorties à l’extérieur : déjeuners ou dîners en terrasses, promenade en campagne ou dans les bois, … la liste des environnements ou l’on peut se retrouver au contact d’une araignée est si nombreuse.

Aviophobie = peur de l'avion

L’aviophobie désigne une phobie des avions ou des voyages en avion. Cette phobie peut avoir plusieurs origines : une mauvaise expérience en vol, un refus total de tout contact avec un avion, une volonté de vouloir toujours tout contrôler, etc. Il peut aussi être une conséquence directe d’autres phobies, comme la claustrophobie, l’agoraphobie, ou l’acrophobie. Elle peut avoir comme effets des crises de panique ou d’angoisse. Un passager sur trois reconnaît être inquiet, un sur dix est vraiment anxieux et un sur cent est atteint de panique élevée, refusant de manger, de boire, de se déplacer, voire de parler. Les répercussions de cette phobie peuvent constituer de sérieux handicaps sur la vie privée et professionnelle.

D’ailleurs, cette peur concerne tellement de personnes que des stages de « gestion de la peur en avion » sont proposés par Air France depuis déjà plus de 20 ans. On a beau vous dire « qu’il y a plus de chance de mourir dans un accident de voiture que dans un accident d’avion », « que l’avion est le moyen de transport le plus sûr au monde », si vous souffrez d’aviophobie vous répondrez que « c’est aussi le moyen le plus sûr de se tuer ». Ces adages, vous les connaissez par cœur mais cela ne vous empêche pas de ressentir une très forte anxiété chaque fois que vous entreprenez un tel voyage.

L’aviophobie peut se combiner avec d’autres phobies ce qui ne la rend pas si simple à diagnostiquer. Il se peut que vous ayez également peur d’effectuer des trajets dans les transports en communs, d’être enfermé, de ne pas pouvoir vous enfuir, etc. car toutes ces peurs ont pour point commun l’espace. Dans tous les cas, la phobie ne laisse plus de place pour la pensée rationnelle puisqu’elle n’est plus liée à des éléments réels. Il est même possible d’être phobique en avion sans avoir effectué le moindre vol. Des études ont montré que même les personnes qui n’ont jamais entrepris de tels voyages présentent un niveau d’anxiété bien plus important que ceux ayant vécus des expériences déplaisantes durant un vol. Ceci s’explique par le fait que les individus présentent un tempérament de nature anxieux et surévaluent le niveau de leur peur.

Amaxophobie = peur de conduire

Vous est-il déjà arrivé d’éprouver de la peur, de ressentir des tremblements dans tout votre corps et d’avoir l’impression que vous perdiez le contrôle de votre véhicule lorsque vous rouliez sur l’autoroute ? Oui ? Alors peut-être souffrez-vous d’amaxophobie. Cette peur de conduire (ou d’être installé sur le siège passager) est bien plus répandue que ce l’on pourrait croire. Cette phobie diffère en intensité d’une personne à une autre et peut avoir des conséquences plus ou moins néfastes sur votre quotidien. La peur de conduire (ou amaxophobie) concerne autant les hommes que les femmes et les causes d’apparition de la phobie peuvent être très différentes d’une personne à l’autre.

Une seule situation anxiogène peut suffire pour déclencher la peur de la conduite (un traumatisme suscité par un accident par exemple) mais elle peut aussi apparaître si vous êtes d’un tempérament anxieux. Vous vous dites alors : « J’ai peur qu’il me soit impossible d’éviter un accident si je dois prendre la voiture. » Ou encore : « Si je crève, je serai incapable de me débrouiller et de changer la roue tout seul ». Dès lors, vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour éviter de vous déplacer en voiture.

Les situations suscitant des réactions intenses de peur peuvent être très différentes suivant l’individu. Elles peuvent apparaître lorsque vous vous retrouvez coincé dans les embouteillages, lorsque vous traversez un tunnel, lorsque vous conduisez sur une autoroute ou lors d’événements climatiques comme conduire sous la pluie ou dans le brouillard. Certains ressentiront cette appréhension à l’idée de conduire de nuit également. Ces situations sont si angoissantes qu’elles rendent vos mains moites, font trembler tous vos membres et vous font transpirer considérablement. Vos réflexes n’en sont pas impactés pour autant et généralement vous trouvez le moyen de vous arrêter sur le bord de la route pour calmer vos émotions. A terme, cette phobie peut avoir des conséquences directes sur votre quotidien : En vous empêchant d’aller faire vos courses, de rendre visite à vos amis ou encore de trouver un emploi, notamment ceux qui nécessitent de fréquents déplacements..

Claustrophobie = peur des endroits confinés​

La claustrophobie se caractérise par une peur pathologique de se retrouver enfermé dans des espaces confinés, des lieux clos, des petites pièces sans pouvoir s’en échapper. En moyenne, 4 à 5% des individus dans la population générale souffrent de la claustrophobie. Cette phobie limite considérablement votre liberté d’action car vous vous trouvez dans l’impossibilité de faire vos courses au supermarché, de prendre les transports en communs (surtout le métro) et vous avez fréquemment une peur bleue de prendre l’ascenseur. Mais pour un claustrophobe, prendre l’avion, ou le train, peut aussi être source de malaise.

Dans certains cas, la crainte s’étend également aux pièces isolées (de type cave ou grenier), à celles dont la hauteur sous plafond est basse, et même parfois, aux petites pièces (toilettes, dressings…), ou à celles qui sont fermées à clé.

Lorsque vous vous retrouvez face à votre phobie, vous présentez une symptomatologie classique de type : accélération du rythme cardiaque et de la respiration, vertige, transpiration, jambes tremblantes, etc. Mais des complications peuvent survenir, il peut vous arriver de vous évanouir, de pousser des cris ou d’avoir peur de perdre le contrôle de la situation, ce qui a susciter progressivement des conduites d’évitement et la crainte de perdre le contrôle lorsque vous vous trouvez face à l’objet phobogène. C’est ainsi qu’un cercle vicieux se crée : plus ces évitements sont fréquents et plus ils entretiennent votre phobie, voire l’accentue.

Tarifs

Ils sont identique que ceux pratiqués habituellement, à savoir : 60 € la séance de 45mn.

Votre hypnothérapeute

Sébastien Mertes hypnothérapeute à Metz en Moselle

Depuis plus de 10 ans, Sébastien Mertes accompagne à son cabinet les personnes qui souhaitent se libérer des peurs et des phobies avec l’aide de l’hypnose et des thérapies brèves.

Diplômé de l’AFNH, IMHEB, NGH, FFHTB.
Membre de la Féd-Eur-3Psy.

Consultation sur rendez-vous à son cabinet de Metz.